Mener la bataille des idées et des arguments !

» Catégorie : Vitamine


La parole : partage ou verbiage ?

Commentaires » 0

La parole : partage ou verbiage ? dans Neurones actifs ! et-si-178x300  D’après Larousse, verbiage : flot de paroles superflues masquant la pauvreté de la pensée. Que  faisons-nous de nos paroles ? Pour y réfléchir, nous vous proposons de découvrir les œuvres de Françoise Goirand. Cette artiste travaille la matière  avec spontanéité, puis observe ce qui sort de ses mains et de son âme  : Et si Dieu avait dit « oui » à Babel ? Rencontre.

« J’ai une formation d’architecte. Mais, ce n’est pas le métier que je souhaitais exercer. Enfant, je bricolais des babioles, je dessinais, j’aimais déjà les matières » explique Françoise, 55 ans, professeur d’arts appliqués en lycée professionnel. « Je suis née dans une famille où le non-dit est omniprésent. J’ai obéi au choix de mes parents, car le dialogue était impossible. C’est terrible, personne ne dit ce qu’il pense. » Françoise a donc travaillé comme architecte durant quelques années, puis elle a arrêté. Pas heureuse, finalement. Il faut alors choisir une autre carrière : elle devient prof. C’est un travail qu’elle aime, mais elle n’est pas rassasiée – semble-t-il – puisqu’à l’approche de la cinquantaine elle revient à ses premières amours. « Une amie me recevait dans son atelier de modelage. Je l’ai observée longtemps. Quand j’ai tenté la sculpture, il est sorti de mes mains un ange, puis un homme et une femme. Et la tour de Babel… » Françoise malaxe la terre et fouille son âme, inconsciemment, sans chercher à « faire ». La trame, en filigrane, se tisse tout de même et le résultat est surprenant : en témoignant un peu d’elle-même, l’artiste nous livre peut-être un message universel.

Ces deux femmes, se rencontrant au hasard de la vie, que pourraient-elles se raconter ?

dscn0586-225x300 dans Vitaminedscn0667-225x300
L’une et l’autre, subissant la multiplicité des langues, sauraient-elles trouver les mots pour se comprendre ? Eussent-elles une langue unique, mondiale, arriveraient-elles à communiquer ? Si Dieu avait dit « oui » à Babel, saurions-nous mieux nous parler ? Au sein d’une même famille, entre collègues, entre amis, élus et citoyens, que faisons-nous de nos paroles ?

« J’éprouve tant de plaisir et de joie à sculpter que je ne peux plus m’en passer » confie Françoise.  « La création apporte une énergie et permet de s’exprimer. Mon atelier accueille des enfants et des adultes que j’accompagne dans cette découverte.»

La sculpture, mais aussi le dessin et l’écriture, comme modes d’expression, pourquoi pas ?

 

Pour tenter l’expérience :

Atelier des 7 sources

40 rue de la Source •  33700 Mérignac

Contact : 06 70 21 14 51 ou f.goirand@orange.fr

 

Enfants : Mercredi ou samedi de 10h45 à 12h15

Expression libre Modelage, dessin, peinture

Adultes : Mercredi et vendredi de 18h30 à 20h30

Modelage, sculpture, livres d’artistes, carnets de voyage (dessins encre et collage)

 


Rap mondial : ces mots qui disent le vrai

Commentaires » 0

Rap mondial : ces mots qui disent le vrai dans Neurones actifs ! mahmoud-dam-300x170

 

« Hip Hop, le monde est à vous » : ce documentaire diffusé dimanche 19 mai à 2h40, sur Arte, nous a laissés pantois. De cruelles vérités jaillissent du flow de cette jeunesse souffrante et combative.

 

Des États-Unis au Sénégal en passant par la France, l’Allemagne et la Palestine, Joshua Atesh Litle est parti à la rencontre d’artistes unis par la passion du hip-hop. Ce documentaire montre comment, d’un pays à l’autre, les rappeurs en devenir se sont saisis de ce langage protestataire pour mettre en chansons les maux de la société.

C’est dans le Bronx des années 1970 qu’est né le hip-hop. Rapidement, ce mouvement culturel protéiforme, porté par la communauté afro-américaine, trouve dans la musique son expression la plus éloquente : à côté des initiateurs du break dance et des graffeurs, la figure du MC (maître de cérémonie) subjugue les artistes en herbe. “Le rap a commencé avec de simples mots lancés comme ça. Les mots se sont transformés en phrases, les phrases en vers, les vers en paragraphes et la rime était née”, se souvient Grandmaster Caz, membre des légendaires Cold Crush Brothers. Dans le sillon des pionniers américains, le hip-hop se répand aux quatre coins du monde.

 

La vidéo en ligne : à ne pas rater !

Un petit mot…

Commentaires » 0

Un petit mot... dans Neurones actifs ! dialogue-bulles    … à nos lecteurs.

 

La rédaction d’Actuel, soucieuse de privilégier la qualité à la quantité, prend le temps nécessaire à préparer ses sujets avant de les publier.

Aussi, le Boss, Fatale et Vitamine, vous remercient de bien vouloir patienter encore un tout petit peu pour de nouvelles lectures.

 

Enjoy life !

Pourquoi tant d’E.N ?

Commentaires » 2

Pourquoi tant d'E.N ? dans Neurones actifs ! couv-en-202x300Ne vous fiez pas au titre : il n’est pas question de haine, mais d’amour !

« C’est juste une pointe d’ironie » répond-il en souriant à une question naïve : auriez-vous rencontré la haine en chemin ? Le 14 janvier, Eric Naulleau s’est offert au public Bordelais, dans les salons de la librairie Mollat, pour parler de son livre sorti en octobre 2012. Actuel vous rapporte ce que dit l’homme, pas le contenu du livre. Parce ce que le livre, vous pouvez le lire. Quelques morceaux choisis.

Questionné par la salle sur ses virulentes prises de bec dans des émissions TV, Éric Naulleau explique : « Je crois que l’auteur idéal est celui qui porte en lui une absolue nécessité d’écrire. Il lui est indispensable de mettre sur papier son message, son témoignage, sur des évènements qui touchent à l’essentiel de la vie.» Son timbre de voix est posé, sérieux même, il ne plaisante pas. Avec un clin d’œil en direction du public, il précise que sa démarche subversive est destinée à un type d’écriture bien plus qu’à un auteur. C’est l’éditeur et le critique littéraire qui s’expriment. C’est, en tout cas, l’homme de raison qui exerce sa liberté d’expression et d’opinion au risque de froisser des susceptibilités. Pas tendre avec les rentrées littéraires de septembre, qu’il qualifie de « ballets organisés par des attachées de presse selon les consignes des éditeurs », il explique sa virulence à l’égard de certains ouvrages. « Quand le livre est vide de substance, il me semble évident qu’il n’a été motivé que par un besoin de produire et non par une nécessité d’écrire.  Je trouve finalement moins violent de le dire à l’auteur, en le regardant droit dans les yeux, que lui laisser croire que son travail est magnifique si je n’en suis pas convaincu. J’ai lu le livre, jusqu’au bout, cela me permet d’être authentique. » Une authenticité acerbe et bienveillante qui ressemble étrangement à l’éducation qu’on tente d’apporter à nos enfants. Qui n’a dit un jour à sa progéniture : refais donc ton devoir, il est bâclé ?

Foot et poésie : Quand la culture a les idées larges

« J’ai enseigné le Français en Bulgarie » raconte-t-il. « Pour la majorité des Bulgares, la poésie n’est pas – comme un France – un agrément d’après-dîner pour aider à la digestion, elle est indispensable comme l’air qu’on respire.  » De la salle, on lui demande pourquoi avoir fait cohabiter des chroniques littéraires et sportives dans son livre.  Passionné de foot et de littérature, Eric Naulleau dénonce le clivage entre sport et poésie insidieusement « institué » par notre société française prompte à caser les genres. Ne se mêle pas de littérature, encore moins de poésie, qui veut ! « Je pense que la culture est un ensemble. Sport et littérature en font partie au même titre » souligne-t-il. Un esprit sain dans un corps sain, tous deux alimentés par ce que la culture offre de meilleur en somme.

La conférence touche à sa fin, les dédicaces et photos s’éternisent. Patient, souriant, accessible, Eric Naulleau – quand on l’a en face de soi – ne ressemble pas vraiment à l’homme incisif de la TV. On devine une générosité et une bienveillance qui ressembleraient bien à de l’amour pour le genre humain.

———————————————————————————– mini-se-marre dans Vitamine

La rédaction a décidé de tenter une expérience pour vérifier les propos de M. Naulleau !

Alex, jeune Bulgare, accepte – sans savoir de quoi il retourne – de répondre à une unique question :

Aimez-vous la poésie ? Sa réponse fuse aussitôt : « Ah oui ! Trop !»

Alex doit avoir une vingtaine d’années.
Il travaille dans une sandwicherie et possède un accent à tomber par terre.
Merci à lui pour sa participation !


Journée internationale de lutte contre la violence faite aux femmes

Commentaires » 0

Journée internationale de lutte contre la violence faite aux femmes dans Fatale 2012-11-25_184007

Mea Culpa, je suis une femme.

 Mea culpa, petite ou grande, brune ou blonde, je suis belle.

Mea culpa, pour les hommes je suis désirable.

Mea culpa, avec mon charme, je les ensorcelle.

Mea culpa, en plus, je suis rebelle.

 Et pour tout ça, ils cherchent à me soumettre.

 Mea culpa, je ne me laisse pas faire.

Mea culpa, c’est ainsi que je suis naturelle.

Mea culpa, mon naturel, c’est de n’être pas muette :

 Mes ardeurs, pour de nobles combats, je les conserve.

Et ma plume est parfois une lame qui lacère.

Je me moque de ce qu’on en dira.

Ça m’indiffère ce qu’on en pensera.

 Quand bien même à la rue on me jette,

Je rebondis et avance de plus belle.

Sur un carton, sous un pont, je peux dormir.

Du moment que de liberté je ne suis pas privée.

 Du bon droit, mon seul roi, je veux user.

Tant de larmes sur mes joues ont coulé.

Tant de drames dans ma vie sont passés.

Dans ce champ de ruines une parole est cultivée.

Un seul mot suffit à résumer :

 NON

 Ce petit mot si souvent dénigré,

A la femme on refuse son usage et sa destinée.

Pour dire stop, celui-ci est pourtant désigné.

  A QUAND UNE ÉCOUTE ATTENTIVE ?

 Il est simple, il me semble, de comprendre.

Du moment qu’on est prêt à entendre.

Quand on dit NON, c’est qu’on est mal disposée.

 Ce n’est pas dans l’insistance qu’un homme se laisse aimer.

♦♦♦

Pour être écoutée, entendue, accompagnée, soutenue :

La Maison des Femmes – 27, cours Alsace Lorraine – 33000 Bordeaux – Tel : 05 56 51 30 95
E-mail : maison.des.femmes@wanadoo.fr – Site : http://maisondesfemmes.bx.free.fr

2/ Modernes et zen : Trop à faire ?

Commentaires » 0

2/ Modernes et zen :  Trop à faire ? dans Vitamine trop-a-faire1Quand y’en a marre de tout gérer, un seul mot : déléguez ! Si la crise de nerfs pointe, mieux vaut lever le pied. Il ne sert à rien de s’épuiser. A l’impossible, nul n’est tenu ! Comment ça plus facile à dire qu’à faire ? Puisqu’on vous dit qu’il est possible de s’en sortir indemne ! M’enfin ! Suivez ces quelques pistes et on en reparle…

Le stress est néfaste pour la santé psychologique et physique. Notre rythme de vie s’accélère sans cesse, engendrant des tensions. Nous sommes en quête perpétuelle de performance, car nous vivons dans un environnement où le plus fort gagne. Certes, nous n’en sommes plus à la loi de la jungle, mais… enfin, par moment, ça y ressemble un peu quand même.

La solution ? Déléguer de temps en temps : Monsieur peut apprendre à faire tourner la machine à laver. Loulou et Pucinette épluchent les légumes pendant que vous vous occupez de la viande. Les enfants aiment participer si tant est qu’on leur présente les choses comme un jeu. « Le premier qui a fini d’éplucher ses patates a gagné une sortie au cinéma avec Papa dimanche ! » Et hop, ce dimanche, en voilà deux de casés pour trois heures : le temps pour vous de prendre un bon bain chaud ou d’aller chez Julie, votre meilleure copine, pour prendre le café. Celui qui a traîné pour ses patates vous accompagnera, l’idéal étant que Julie aie un gamin aussi pour l’occuper…

Et tout est à l’avenant pour déléguer. Pensez à tout ce qui est accessible si vous dégagez du temps. Mettez les aptitudes des uns et des autres à la maison pour avoir de l’aide. N’hésitez pas à user d’un petit peu d’autorité sur les enfants, ils aiment être cadrés. Allez, c’est décidé, on s’y met dès aujourd’hui, on appelle Chéri et on lui dit « M’amour, fais tourner la lessive, je passe chez le coiffeur…  »


 

1/ Modernes et zen : J’fais l’ménage alors…

Commentaires » 0

1/ Modernes et zen : J'fais l'ménage alors... dans Vitamine meconaissable… je m’en moque éperdument d’avoir le look de Tata Yoyo ! Faux ! Première bourde à éviter. On se looke pour soi avant de le faire pour les autres. Et même pour faire le ménage, histoire de garder le moral. On ne vous dit pas de vous saper comme pour un resto, mais de faire attention à ne pas devenir Madame Bidochon ! C’est prouvé, se laisser aller commence par négliger sa garde-robe. Alors, on choisit un survet’ sympa et confortable, on oublie tablier et robe-sac à patates.

Monsieur « votre homme » sera tout content de vous voir passer l’aspirateur, moulée comme jamais dans ce petit survêtement que vous aurez déniché – pour pas cher – au marché du quartier. Pas question de délaisser votre sex-appeal sous prétexte que l’eau de javel ça fait d’horribles taches. Si c’est là le problème qui vous tracasse, prenez un survet’ blanc ! Au passage, petit rappel pratique, l’eau de javel ne conserve ses propriétés désinfectantes que diluée dans de l’eau froide. D’ailleurs, à propos d’eau froide, pour éviter les gerçures (disgracieuses), il ne faut pas hésiter à porter des gants. Ils ont plusieurs avantages. Outre le fait d’éviter les gerçures et de ruiner votre manucure soigneusement faite la veille, ils vont vous permettre de gagner en force pour essorer serpillères et torchons mouillés. Si si, c’est vrai, ça marche bien pour avoir plus de poigne ! Et quand on frotte et qu’on récure, eh bien un p’tit peu plus de poigne ne fait pas de mal…

Faire du ménage une p’tite fête

Faites de cette phrase un adage. Répétez-la en boucle chaque fois que vous vous préparez à nettoyer votre maison. Mettez la sono à fond, vos meilleurs morceaux, si possible un rythme endiablé pour vous trémousser autour du balai. Mais puisqu’on vous dit que Monsieur « votre homme »  sera content… Comment ça les enfants ? Mais si les enfants voient danser Maman, il y a fort à parier qu’ils vont vous rejoindre sur cette piste de danse improvisée dans le salon… Et toc ! Tiens mon canard prend donc un chiffon et fais la poussière avec Mamounette ! Et paf ! Tiens ma louloute attrape donc la balayette pour ramasser les miettes sous la table ! Et voilà deux gentils petits bouts qui – tout contents de participer à la fête – vont venir vous filer un coup de main l’air de rien… Si, en plus, vous avez dans vos CD quelques chansons françaises faciles à reprendre en chœur, c’est un succès assuré !

mini-ricanne1 dans Vitamine

Femmes modernes, restez zen !

Commentaires » 0

Femmes modernes, restez zen ! dans Vitamine coupleLa rédaction d’Actuel a été saisie pour mener une enquête sur le quotidien de la femme moderne. Afin de ne pas effrayer nos plus jeunes lectrices, nous avons opté pour le dévoilement progressif de nos investigations. Nous tenons néanmoins à informer que les plus sensibles devraient peut-être s’abstenir…

Notre point de départ est – bien entendu – l’actualité de la femme avertie, aguerrie, rusée même devons-nous ajouter, qui a compris comment mettre la maisonnée toute entière à contribution de ses justes aspirations : mener de front carrière familiale ET professionnelle.

N’allez surtout pas croire qu’il est facile et simple d’obtenir le résultat escompté. Que nenni ! Le parcours est semé d’embuches de toutes sortes. Notre ambition n’est point de vous donner de recettes miracles. Nous vous devons une totale franchise en la matière : de miracle, il n’y a pas ! Et de matière, il vous faudra user – souvent et longtemps – de la grise qui vous sert de cerveau… Mais, qu’importe l’effort ! Si vous persévérez, du résultat vous obtiendrez !

Au regard de l’ampleur des informations recueillies, nous devons fractionner en chapitres les éléments devant vous permettre de vous réaliser pleinement.

Bonnes lectures !

mini-bye dans Vitamine

HAPPY BIRTHDAY !

Commentaires » 0

HAPPY BIRTHDAY ! dans Vitamine happy2Approcher de la quarantaine peut – parfois – être source d’angoisse. « Qu’ai-je fait tout ce temps ? » s’interrogent certains. Nous avons des réponses, mais la question peut rester entière. Alors, pour arrêter ce stress inutile, Vitamine vous propose cinq clés pour être zen dans le monde des quadras.

« Regarde le chemin qui te reste à parcourir » m’ a chuchoté à l’oreille la Miss Fatale. C’est une experte en remontage de moral intensif. Mais, j’l'écoute pas toujours. Le soir de mes 38 ans, j’ai pas le choix. J’ai le nez enfoncé dans un mouchoir en papier. Y’a une angoisse qu’est montée d’un coup, les larmes ont suivi de suite. Pourquoi ? Parce que la perspective des 40 piges me fait peur ! J’peux pas dire que c’est raisonné, non, c’est émotionnel…  S’ensuit une grande conversation sur les tenants et aboutissants de nos parcours respectifs. La fatale a déjà fêté ses 40 ans, elle me refile ses conseils que je vous livre à mon tour. Passer le cap de la quarantaine est une affaire qui roule finalement.

 1) Lâcher prise : accepter de ne pas être parfait

A toujours courir après le temps, les dossiers du bureau, les clients, les soins, les enfants, les copines, les courses, le ménage, les transports en commun, et le reste de notre petit univers, et à vouloir tout bien faire toujours, on s’épuise. Résultat : à 40 piges, on à la sensation d’être un dinosaure ! Pas parfait ? Tant mieux ! On encaisse mieux les ratages, les retards et autres déboires.

 2) Prendre soin de soi… puis des autres

Cela peut sembler un tantinet égoïste, oui, oui, mais il est question de survivre à la crise de la quarantaine là ! Et comme « Charité bien ordonnée commence par soi-même », on prend cet adage à la lettre et on l’applique. Si on est trop fatigué pour tenir la main à Marcel qui vient de se faire larguer pour la énième fois, on décline (gentiment hein !) et on file prendre un bain. Bien chaud, avec tout plein de mousse et des trucs qui sentent super bon ! Y’a pas de mal à se faire du bien d’abord, on appelle Marcel le lendemain et on l’invite à boire un verre.

3) Décomposer le temps en décennies

 Soyons réalistes : de 0 à 20 ans, on ouvre les yeux sur notre environnement. De 20 à 30, on analyse tout ça. On peut objectivement dire qu’à partir de 30 ans, et pas avant, on est en mesure de faire des choix réfléchis. On a un peu de recul, on a testé des schémas, fait quelques expériences, tiré des leçons. A partir de là, on peut regarder la quarantaine comme le début d’une ère de maturité. Et pas comme la fin d’une époque…

4) Regarder ce qui reste à faire

Si on y regarde de très très près, la liste peut être longue. Faire un sport délirant (du fond du canapé si besoin, via le jeu vidéo de nos rêves). Trouver le courage de dire à belle-maman que la confiture de marguerites, on aime moyen-moyen. Réussir au moins une fois à aligner plus de trois mots d’anglais pour aider les petits à finir les devoirs ( y‘a des cours pour adultes, si si). Et tous les trucs qu’on repousse à plus tard, on s’y met !

5) Faire du vélo pour aller au marché ou au bureau !

On choisit une tenue hyper décontractée : baskets, sweat à capuche et  jean large. Du coup, on adopte un look ado qui permet de compléter sa garde-robe sans vergogne. Le jour où on met une jupe et des talons, c’est co-voiturage ou bus. Et puis, en plus d’être écolo (ce qui ne gâche rien, n’est-ce pas ?) faire du vélo pour se déplacer conserve tonus et joie de vivre. Mais oui, sentir ses muscles en action donne le sourire ! Comment ça c’est pas vrai ? Tentez l’expérience, on en reparlera plus tard. Nous, pour de vrai : vélo / bureau !

mini-transpire dans Vitamine

Pff...72 km !

Le mieux est l’ennemi du bien !

Commentaires » 0

Le mieux est l'ennemi du bien ! dans Vitamine femme-grimace

Peut mieux faire ! Vous connaissez ? Le commentaire préféré des profs. Autre version de cet agaçant décret : je sais mieux faire que toi. Et plus vite, bien-sûr. Sinon, la gloire n’est pas intense. Allez, pour une fois, on proteste. Et on prouve qu’on fait aussi bien ! Témoignage d’Elisabeth, 27 ans, colocataire depuis 6 mois.

« Mon coloc, faut vraiment que j’m'accroche pour le comprendre. En tous cas, j’y arrive pas toujours. Ce matin, j’lui demande s’il a le papier administratif X dont on a super besoin pour finaliser un dossier. Il maugrée vaguement un …mmmpppfffff…en guise de réponse et, sans plus de précisions, retourne à son occupation du moment.

Pas de blem, je peux gérer ça toute seule. Je farfouille à droite à gauche et mets la main sur ledit papier dont je décide de faire une photocopie. J’insère donc dans l’imprimante-scanner-photocopieuse le papier et appuie sur le bouton ON…

Là, un cri de désespoir (??) me déchire les oreilles tout en me faisant sauter de mon siège !

Mon coloc’ me hurle de tout stopper net ! Je crois bien que je viens de lui bousiller un truc en cours super super im-por-tant et enclenche fébrilement le bouton OFF. Ouf ! Sauvés ! L’impression n’est pas lancée ! Tout va bien… Je demande donc ce qui a bien pu le mettre dans cet état.

Et là, il m’annonce – royal – qu’il vient de se souvenir qu’il a scanné le doc, qu’il va mettre la main dessus dans deux secondes, que je ne m’inquiète de rien, il s’occupe de tout, et tralala et tralala… et il trouve en effet ce doc scanné, il lance l’impression, il est heureux, soulagé, il a REUSSI à faire en dix minutes, ce que j’étais sur le point de faire en deux.

Je jette un petit regard en coin vers l’imrpimante-scanner-photocopieuse qui tient toujours entre son corps et son couvercle mon papier original, je regarde aussi le petit bouton ON, j’ai rien compris….

Je récupère mon doc original et le range dans sa pochette en carton bleu.

Quand il me tend d’un air vainqueur le scan imprimé, je ne dis même pas merci.

Ouais, ok, c’est pas poli.

Mais je suis trop blasée pour être polie.  »

12